http://www.abacus.ch

N° 118 septembre 2013download_icon.gif

ZOOM SUR UNE RÉGION DE GENÈVE : PLAN-LES-OUATES

Édito : Et si nous Pouvions êtrE PLus DE ProPriétairEs...
Par Cyril Aellen, Président

La Chambre genevoise immobilière se distingue des autres associations immobilières principalement par le fait qu'elle ne regroupe pas des profes- sionnels de l'immobilier, mais l'ensemble des propriétaires. Elle œuvre à la promotion de la propriété foncière et défend les intérêts de l'ensemble de ses membres. Petits propriétaires ou grands. Ceux qui occupent leur bien et ceux qui le louent. Ceux qui possèdent un logement, mais aussi ceux qui dé- tiennent un local commercial ou des terres agricoles. Elle compte aussi dans ses rangs d'actuels locataires qui souhaitent acquérir leur propre logement.

 

C'est un fait. A Genève, les propriétaires sont malheureusement peu nom- breux. La raison est simple: les prix des appartements et des villas sont particulièrement élevés et, en conséquence, inaccessibles pour la plupart des gens.

 

Au-delà de ce constat, il convient toutefois de rappeler que les logements sont chers parce qu'ils sont rares. Ils sont rares parce que notre canton se développe plus rapidement qu'il n'est capable de produire des logements et il ne se construit que trop peu de biens immobiliers notamment parce que les contraintes étatiques sont multiples et, souvent, inefficaces ou contre- productives. Ces dernières pénalisent les promoteurs et les constructeurs mais, aussi et surtout, les propriétaires. Cette situation est d'autant plus préoccupante qu'elle désavantage principalement les propriétaires et les futurs acquéreurs les plus modestes.

 

Il faut que cela change!

 

Aux élections cantonales de cet automne, la Chambre genevoise immobi- lière est heureuse de pouvoir soutenir des candidats qui s'engagent pour la promotion de la propriété et dont l'objectif affiché est de faire en sorte que nous puissions être plus nombreux à devenir propriétaires. Les candidats que nous soutenons ont tous conscience qu'il est désormais urgent d'offrir à la vente de nouveaux logements, de qualité et agréables à vivre, dans un marché libéré des contraintes administratives inutiles et coûteuses.