N° 125 décembre 2014download_icon.gif

ZOOM SUR UN ÉVÈNEMENT QUI A MARQUÉ GENÈVE : L'ESCALADE

Édito

Un emploi sur six !


Par Christophe Aumeunier

 

L’immobilier est un élément essentiel de l’économie nationale suisse. Jusqu’à
présent, une présentation de son importance faisait défaut. Dès lors, l’étude
réalisée par pom + Consulting SA et Ru?tter Soceco AG qui bénéficie du patronage
de la Confédération et de notre partenaire, l’Association des propriétaires
fonciers (HEV Schweiz), est remarquable*.

L’étude fait ressortir que l’immobilier est un secteur transversal hétérogène. Il
englobe le parc immobilier en Suisse et les acteurs qui développent, financent,
produisent, commercialisent, gèrent et réutilisent ces immeubles.

Le parc immobilier suisse comprend 2,5 millions d’ouvrages représentant une
valeur (de construction) de CHF 2,5 billions et totalisant 940 millions de m2 de
surface de plancher. Deux tiers sont des immeubles d’habitation. En 2011, l’entretien,
les rénovations et les investissements pour de nouvelles constructions ont
généré une dépense de CHF 57 milliards dans le pays. Le marché de la gestion
immobilière représente CHF 46 milliards. Près de 30% de la gestion est effectuée
en interne dans les entreprises et 70% est confiée en externe à des professionnels.

Près de 600 000 personnes, soit un employé sur six en Suisse, exercent une
activité en lien avec l’immobilier.

L’activité immobilière, prise dans son ensemble, génère une création de valeur
brute de CHF 100 milliards, soit 18% du PIB. C’est absolument considérable et
l’un des mérites de cette étude est d’avoir mis en exergue cette importance.

L’impact fiscal de l’immobilier a également une grande importance. Les collectivités
publiques perçoivent environ CHF 12,4 milliards d’impôts immobiliers
par an. Ce montant ne comprend pas l’impôt des ménages sur la fortune, les
revenus et les successions en lien avec des biens immobiliers, ni les redevances et
autres taxes. Avec ces éléments, l’importance pour le revenu fiscal serait encore
nettement plus grande.

Tout cela démontre la grande importance de l’immobilier pour l’économie nationale
et genevoise. L’amélioration des conditions cadres utiles au maintien et
au développement de ce secteur d’activité est donc primordiale. Les pouvoirs
publics, en particulier genevois, devraient ainsi, par exemple assurer la mise à
disposition de droits à bâtir, optimiser les délais – actuellement inacceptables –
de délivrance de plans de quartier et d’autorisations de construire, ou encore,
alléger les charges fiscales qui pèsent lourdement sur l’immobilier.
 
*Document en ligne sur notre site Internet www.cgionline.ch