N° 126 février 2015download_icon.gif

ZOOM SUR UNE RÉGION DE GENÈVE : LE GRAND-SACONNEX

Édito

LES PROPRIÉTAIRES MÉRITENT D'ÊTRE DÉFENDUS !


Par Anne Hiltpold

 

Contrairement à l’image que les représentants des milieux locataires tentent
de donner des propriétaires, ces derniers ne sont pas que des spéculateurs,
des «magouilleurs» ou autres profiteurs. De même, la CGI n’a pas pour but de
favoriser la spéculation au détriment des locataires.

La CGI est intimement convaincue que la pénurie de logements n’est profitable à
personne, et pas aux propriétaires en particulier. Elle soutient toutes les mesures,
aussi infimes soient-elles, qui permettent de créer des logements supplémentaires,
telles que la récente loi permettant de transformer provisoirement les
locaux commerciaux en logements, tout en autorisant un retour facilité le jour
venu, sans contrôle des loyers. Les représentants des locataires y voient – à tort
– un seul intérêt de rendements financiers très lucratifs et ont ainsi lancé un
référendum. Il sied ici de préciser que si ce projet ne prévoit pas de contrôle des
loyers au sens de la LDTR, il n’empêche que le droit fédéral reste applicable et
permet une surveillance contre les abus.

Certes, il est nécessaire d’avoir des loyers qui répondent aux besoins de la population,
comme il est tout aussi nécessaire d’offrir des logements pour les personnes
ayant des revenus plus élevés, qui pourront ainsi libérer des appartements à des
loyers meilleurs marchés. Il convient dès lors de trouver des mesures incitatives
pour que les propriétaires voient un intérêt à créer du logement supplémentaire.

De même, il ne faut pas uniquement construire des logements sociaux. Une
bonne frange de la population genevoise souhaite devenir propriétaire et acquérir
un logement en PPE à prix abordable. La CGI a ainsi soutenu le projet de loi
sur l’accession à la propriété, qui prévoit que seule une personne qui n’est pas
déjà propriétaire d’un logement peut acquérir un et un seul appartement en
PPE. Cette loi est ainsi clairement destinée aux locataires de la classe moyenne
qui souhaitent devenir propriétaires. Pourquoi les en empêcher ? Où est la
magouille ? L’initiative lancée par les milieux locataires pour changer cette loi
est incompréhensible, sauf à admettre qu’ils ne souhaitent pas, par pur dogmatisme,
que des locataires deviennent propriétaires !

Enfi n, la CGI est favorable à ce que les locataires en place depuis plusieurs
années puissent acheter leur logement. Là aussi, où est le mal ? Pourquoi s’y
opposer ? Un projet de loi est en cours d’examen au Grand Conseil et la CGI s’y
est déjà déclarée très favorable.

Contrairement à ceux qui prétendent défendre les intérêts des locataires, nous
souhaitons favoriser un légitime besoin de la population genevoise à l’accession
à la propriété et résoudre la crise du logement par toutes les mesures qui y contribueront.
Aussi bien les locataires qui souhaitent le devenir que les propriétaires
méritent d’être soutenus et protégés. En ce qui nous concerne, nous continuerons
à oeuvrer en ce sens avec toute l’ardeur nécessaire.