http://www.abacus.ch

N° 119 décembre 2013download_icon.gif

ZOOM SUR UNE RÉGION DE GENÈVE : CHAMPEL

Édito : LEs éLECtIons sont PAsséEs
Par Cyril Aellen, Président

Tous les mouvements et partis politiques ont mis au centre de leur pro- gramme la construction d’un nombre plus important de logements. S’agit-il de promesses de campagnes qui resteront sans lendemain? Cet apparent consensus cache-t-il des divergences d’opinion telles que l’actuelle situation de blocage perdurera? Nos représentants sauront-ils œuvrer dans l’intérêt général des Genevois?


Il est indispensable que ces questions trouvent rapidement des réponses adéquates afin que l’écueil des débats stériles que nous avons trop sou- vent connu précédemment soit évité. L’objectif principal reste que des loge- ments de bonne facture et accessibles au plus grand nombre puissent être construits rapidement.


La construction d’un immeuble en propriété par étages ne constitue jamais une péjoration de l’offre de logements locatifs. Et l’inverse est également vrai. Un locataire peut être propriétaire en devenir. L’heureux propriétaire d’une villa doit pouvoir se réjouir de la construction d’un immeuble locatif pour ses enfants. Un chef d’entreprise peut aspirer à plus d’espace tout en souhaitant à ses employés des logements décents à des prix accessibles.


Ces exemples démontrent à l’évidence que chacun a un intérêt à la construc- tion de logements de toutes sortes. Nos représentants politiques portent la lourde responsabilité de s’entendre pour libérer Genève de la situation dans laquelle elle se trouve, à savoir celle d’une pénurie qui ne profite à personne.


La clef est de ne pas se borner à défendre ses propres intérêts mais à respec- ter, avant tout, ceux des autres. Il est légitime qu’un locataire souhaite payer un loyer raisonnable mais il est aussi légitime qu’un bailleur puisse disposer d’un rendement raisonnable. De même, un propriétaire, qu’il occupe ou non l’habitation qu’il possède, ne doit pas être abusivement restreint dans l’exercice de ses droits.


N’est-ce pas là le principal enjeu de la nouvelle législature qui commence ?